Le harcèlement de rue, par Cecy

Je reviens après une longue absence pour un billet quelque peu différent. Peut être qu'il sera le déclencheur pour reprendre ce blog,...



Je reviens après une longue absence pour un billet quelque peu différent. Peut être qu'il sera le déclencheur pour reprendre ce blog, avec des sujets plus légers...

Aujourd'hui, j'écris sur le harcèlement de rue, sujet bouillant depuis quelques jours suite à la mise en ligne de la vidéo de Sofia Peeters, une étudiante Belge qui a filmé le harcèlement verbal dont elle est quotidiennement victimeVous aurez toutes les infos ici si vous n'aviez pas connaissance de cette vidéo. 

Avant de vous en parler, je vous mets le lien vers des billets qui ont nourrit ma réflexion sur le sujet ces derniers jours :




J'écris ce billet parce que je ne peux pas rester insensible, parce que je pense qu'on peut encore changer les choses et que si les billets sur les blogs s'accumulent, que les tweets se multiplient, que les discussions au café, au restau, au boulot, en famille portent sur ce sujet, que les médias s'y intéressent, peut être que la situation changera, rien qu'un peu. Je réagis aussi à certaines choses que j'ai pu lire, et qui me paraissent intolérables. Mon homme et moi avons passé une bonne demi-heure hier à décortiquer certaines réactions, en arrivant à la conclusion que le sexisme ordinaire est aussi véhiculé par les femmes. 

Il y a tant de choses à dire à ce sujet... Tant de petites phrases auxquelles j'ai envie de répondre :

1/ "Ce sont des cas isolés". Toutes les jeunes femmes habitant dans de grandes villes témoigneront ou ont déjà témoigné : le harcèlement de rue, c'est tous les jours. Les "psssttt", "t'es bonne", "vous êtes charmante", "mademoiselle t'es charmante", "jolie", "sexy", "mmmmm", toutes ces petites phrases balancées sans but, avec le sourire pervers et le regard peu innocent qui va avec. 

2/ "On ne peut même plus draguer". Confondre "drague lourde" et harcèlement, c'est grave. C'est une volonté certaine de vouloir tout mélanger, pour minimiser l'importance de ce débat. Non, un "charmante", "tsss tsss" ou "sexy", accompagné du regard qui dévisage toute mon anatomie, ce n'est pas de la drague lourde, ce n'est pas de la drague tout court. 
La drague, c'est ce jeune homme qui a pris son courage à deux mains, qui m'a invité à boire un verre -tout rouge- en s'excusant de me déranger. La drague, c'est aussi ce jeune homme qui souhaitait m'offrir une gaufre pour apprendre à me connaitre. Ces jeunes hommes polis ont le droit à un sourire, à un refus et à un dernier sourire et "bonne journée". Les femmes savent encore distinguer quand un homme tente une véritable approche dans le but de séduire (ça peut être réussi, ou pas). 
Pour terminer ce paragraphe, je copie ci dessous un extrait du billet de Tête de Thon qui tente d'expliquer les motifs de ces harcèlements quotidiens. Ce ne sont pas des tentatives d'approche, ce ne sont pas des tentatives de drague, ces mecs là ne veulent rien de toi, à part exprimer leur supposée supériorité. Cessons de considérer ces remarques incessantes comme des compliments sur notre physique. 

"Et, à mon avis, ils continuent pour une seule raison : par ce qu'en te réclamant ton numéro de téléphone, un sourire ou une pipe, en te disant que tu es charmante, ce qu'ils éspèrent, ce n'est pas obtenir satisfaction. Non, ils s'en foutent de ton 06, je suis persuadée que s'ils agissent comme ça c'est uniquement par provocation, pour tenter de réaffirmer leur domination, pour te signifier très clairement que éh, bitch, tu n'es rien, tu n'es pas grand chose, et si je le voulais tu serais à ma disposition.
Ces mecs ne te draguent pas. Tu te retournerais pour leur dire que oui, bien sûr, allez, embrasses moi, je suis persuadée qu'ils ne sauraient pas comment réagir, voir t'enchaineraient aussitot à grands coups d'insultes, salope que tu es. Ce n'est pas une démarche de séduction, c'est juste un moyen de te rabaisser.Je pense sincèrement que ce genre de comportement vient de la conviction archaïque et peut être inconsciente que la femme qui sort seule dans la rue est à disposition, qu'elle est dans son tort, qu'elle ne devrait pas être si libérée de la tutelle de l'homme, celui que justement elle n'à pas à ses côtés."


- "Il faut cesser de se positionner en victime et se défendre face au harcèlement verbal". Et si on n'a pas envie de risquer de s'en prendre une ? Si on ne fait pas le poids physiquement? Et si jamais ça dégénérait ? Si on a tout simplement peur ? Est-ce une honte d'avoir peur de ces individus qui nous harcèlent parfois de nuit, dans des endroits isolés, en groupe ?  Quand un homme te fait une remarque, s'approche un peu trop de toi à ton goût, qu'il a l'air louche, tu fais quoi ? Tu vas le voir en lui disant que son attitude est déplacée ou tu t'éloignes ? Un peu de bon sens, merci. 

- "A mes yeux, susciter le désir d’hommes quand on est une femme, c’est juste un truc un peu normal". Les implications de ce genre de phrases sont graves. Une façon de justifier l'injustifiable. 
Cessons de considérer les hommes comme des machines sexuelles qui ne peuvent contrôler leur désir. On connait les conséquences de ce genre de raisonnements. Non, les hommes ne bandent pas à chaque fois qu'ils voient une jolie fille, tout comme nous, femmes, nous ne mouillons pas notre culotte à chaque fois que nous voyons un beau gosse dans la rue. Cessons de considérer les hommes comme des animaux primaires, de surévaluer leur désir par rapport au nôtre, cessons par la même occasion de légitimer les incivilités de certains. 


Je ne veux pas allonger mes jupes, je ne veux pas cesser de me peindre les lèvres en rouge, je ne veux pas me réjouir des remarques de n'importe quel inconnu de sexe masculin, je ne veux pas considérer que c'est normal et que je l'ai bien cherché. Je ne veux pas m'excuser d'être une femme. 




Cecy, victime quotidienne du harcèlement de rue. 



Encore plus d'articles

12 commentaires

  1. Ecoute je suis comme toi, je trouve sain que le débat fasse ENFIN surface ! D'ailleurs c'est "drôle" mais les mecs (nos potes) n'ont en général aucune idée de tout ça, d'ailleurs je pense que c'est la principale raison de ce buzz, plein de gens ont découvert cette sorte de harcèlement grâce à la vidéo de la jeune femme belge.

    Et je pense aussi que les choses peuvent changer et évoluer, que parfois les pendules ont besoin d'être remises à l'heureµ. C'est peut-être utopique, mais je me dis que certains de ces types n'ont même pas idée de ce qu'ils font. Que beaucoup se sont retrouvé en groupe à la terrasse d'un café, ont commencé à rigoler en alpaguant des nanas qui passaient et que certains ont voulu faire les malins en allant plus loin et en franchissant la ligne de la draguouille.

    Tête de Thon a totalement mis le doigt sur le problème, ces mecs veulent affirmer une dominance, inconsciemment ou non.

    En tout cas je crois au pouvoir des mots, en parler ça ne peut que ouvrir les esprits, j'ose y croire.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu l'article de "tête de thon" que j'ai trouvé très bien.
    Je pense qu'effectivement il est parfois difficile de répondre à ce type de comportement (sans risquer une escalade dont une femme sort rarement gagnante !)...il ne faut cependant renoncer à rien !Pas question de céder et de se réfugier dans la négation de soi pour avoir la paix !
    Je ne trouve pas flatteurs tous ces gestes et commentaires, même si ils ne sont pas toujours "graves", Dieu merci.
    D'après moi, le problème ne se réglera par l'éducation, des petits garçons et des petites filles, pour que les premiers respectent les secondes et que les filles aient conscience qu'elles sont plus que des corps, que la popularité peut s'obtenir autrement qu'en disant "oui" à tout et qu'il est plus important d'être respectées que de plaire, parce que plaire aux cons c'est assez facile !
    Paddychat

    RépondreSupprimer
  3. Joli article sur un sujet qui sort enfin de l'ombre ! Et oui, "se défendre" ça dégénère souvent en véritable agression physique, alors on vit dans la peur...

    Je l'ai déjà dit en comm sur un autre post, depuis que j'ai passé 30 ans, ça m'arrive moins. J'apprécie le calme, mais les implications me laissent rêveuse... surtout sachant que je devais avoir 12 ans quand ça a commencé. La femme n'est donc "bonne" qu’extrêmement jeune ?

    Bonne nouvelle pour moi, aux US on me laisse relativement tranquille (à part les SDF en fait).

    RépondreSupprimer
  4. Bravo je crois que c'est le billet sur le sujet qui correspond le plus à mon opinion ( avec celui de tête de thon).
    J'ai aussi eu mon petit débat avec mon copain, les personnes qui sortent les arguments que tu as cité n'ont surement pas affaire au "harcèlementt de rue" TOUS les jours et effectivement un "ouuh mademoiselle vous êtes charmante" pourrait sembler être positif au premier abord mais c'est plutôt sans doute(à mon avis) une remarque visant à humilier/ rabaisser en pleine rue ( " regardez cette fille qui s'est habillée trop vulgaire, elle chauffe tout le monde en s'habillant comme ça").
    Encore je ne vais pas trop me plaindre car on ne m'a jamais insulté mais c'est quand même malheureux de mettre un pantalon au lieu d'une robe selon l'endroit où l'on va ... je suis plutôt militante dans l'âme mais je ne préfère pas jouer avec le feu parfois ( même si c'est rageant de s'autocensurer pour les autres!) et jamais il ne me viendrais à l'idée de répondre à une remarque, un coup de couteau est vite arrivé ( et qu'on ne me dise pas que j'exagère je connais quelqu'un qui en a fait les frais ...)

    Bref, si seulement ce débat pouvait faire changer les choses dans la rue parce que ça devient de plus en plus pesant mine de rien!

    RépondreSupprimer
  5. Je partage tout à fait votre point de vue. Par contre, j'ai observé qu'avec l'âge, on rencontre bien moins ce type de comportement. Non pas qu'on s'enlaidisse subitement après 28-30 ans ou qu'on devienne moins désirable, mais c'est juste que ces machos-immatures-harceleurs s'en prennent surtout aux très jeunes femmes. C'est à mon avis le signe que ces mecs sont lâches et, au fond, vraiment angoissés de se retrouver face à une adulte maîtresse d'elle-même, capable de s'affirmer et de les ridiculiser.
    C'est justement parce qu'ils sentent qu'une jeune fille aura plus facilement peur, qu'elle aura un peu tendance à culpabiliser et hésitera à répondre, qu'ils s'en prennent à elle. Ils cherchent une proie facile, un rapport de domination sans risque, car au fond ils sont complexés et angoissés de ne pas savoir draguer ni approcher les filles. Je ne dis pas ça pour excuser leur comportement mais, au contraire, pour qu'on garde à l'esprit que bien souvent, ces malotrus ont bien plus peur de notre indifférence ou de nos dédains que nous le pensons.
    Personnellement, cela m'est toujours arrivé en journée et dans des lieux publics où je n'étais pas seule (à Marseille, c'est le sport national). Alors, après les premières mauvaises expériences, je n'ai ensuite plus craint de répliquer, généralement en me moquant d'eux. Car leur comportement témoigne avant tout de leur grande frustration.
    Mais je comprends tout à fait que d'autres filles ne le fassent pas. Chacune réagit selon son état d'esprit du moment, selon la configuration des lieux, etc. En tous cas, j'ai remarqué que lorsqu'on n'a pas peur, qu'on le montre et qu'on est relax, on est plus à même de dire simplement aux personnes concernées qu'on a bien compris leur désir, mais qu'il ne répond pas au nôtre. Poliment, sans humiliation gratuite, parfois même avec le sourire, mais **très fermement**.
    Pour le reste, je fais une différence entre le commentaire condescendant de type "mignonne" que je considère comme du machisme allié à de la mauvaise éducation, et, d'autre part, l'agression verbale (commentaire graveleux sur une partie de mon corps, ma façon de marcher par exemple, ou carrément l'insulte). Dans le premier cas, c'est l'accumulation dans le temps de ce comportement qui est pénible, alors que dans le deuxième cas, il y a une atteinte directe au respect que l'on doit à toute personne. Et là, je me fâche très très fort ; heureusement, cette situation est plus rare.
    Bon, dslée pour le commentaire un peu long. Mais c'est vrai que ce sujet est important et que c'est une bonne occasion d'échanger nos points de vue. Merci pour votre article. Rosalba.

    RépondreSupprimer
  6. Bravo ! Je suis entièrement d'accord avec tout ce que je viens de lire..
    C'est en mettant tous ces sujets sur la place publique que l'on donnera une chance aux mentalités d'évoluer !
    C'est exactement cette démarche que nous avons adopté en montant NpNs en 2003.. Briser l'Omerta et les Tabous.
    J'habite maintenant en Guadeloupe depuis 7 ans, ici aussi il y a du boulot sur les comportements machistes à particularité antillaise !
    Je suis "blanche" et quand de par mon travail de commerciale j'arpente les rues de Pointe à Pitre j'en entend des salaces du style "Mmmm t'es bonne la blanche", non seulement je me reçois en pleine face ma condition féminine mais aussi ma couleur de peau..Et ce n'est pas ma tenue vestimentaire qui soit la plus attrayante, quand je bosse dans ce quartier je suis en Jean Basket avec une démarche de cow-boy !
    Je suis loin de me démonter et chaque agression reçoit sa contre partie, et c'est vrai que souvent j'me dit que je vais loin dans celle-ci, mais bizarrement le mec en face ne bronche pas quand je lui répond sur le même ton "me casse pas les couilles négro".. (En sachant que le terme "Négro" n'est pas une injure aux antilles !)

    Il y a du boulot encore pour éradiquer ce machisme et ce aux 4 coins de la planète ! Et il est vrai que si les femmes faisaient elles aussi attention à leur regard et leur réflexion sur les autres femmes, déjà les choses avanceraient un peu plus !
    N'ayons pas peur de se regarder dans le miroir!

    RépondreSupprimer
  7. J'aime beaucoup ton point de vue, tu as su exprimer ce que beaucoup de femmes ressentent

    RépondreSupprimer
  8. Bien dit. Merci pour ça,

    RépondreSupprimer
  9. Entièrement d'accord Cécile... J'ai un jour eu d'assez lourdes emmerdes à cause de harcèlement et j'ai du faire des compromis pour sauver ma peau; depuis, je prends un malin plaisir à humilier quiconque essayerait ne serait-ce que d'assumer qu'il aurait facilement ses chances.
    La dernière fois je me suis retrouvée seule à côté d'un égyptien de presque 2 fois mon âge lors d'un vol long courrier. Il m'a reveillé au milieu de la nuit, m'a proposé de dormir dans ses bras, on a discuté 2 minutes et j'ai poliment refusé son offre. Il a continué à me parler après que je me rendorme et a pris ma main. Mal à l'aise, j'ai cherché mon mp3 pour me dépétrer et signifier que je ne souhaitais pas participer à la conversation. A peine endormie il a saisi une nouvelle fois ma main. Je me suis alors dit "Il est peut-être tactile.", "Il a peut-être une fille de mon âge.", "Je lui rappelle peut-être quelqu'un","C'est peut-être dans la culture egyptienne."... Et puis, je n'avais pas été claire la première fois, je lui ai donc exprimé mon désaprouvement à nouveau de manière sommaire et polie. Et il a repris ma main.
    Il était 3h du matin, j'avais encore bien 3h de vol, coincée entre lui et quelqu'un d'autre, je me suis sentie très mal mais surtout furieuse.
    J'ai enlevé mes écouteurs, détaché calmement ma ceinture, et je me suis levée.
    Il avait un regard lubrique accompagné d'un sourire béat dégeulasse du genre "Tu comptes aller aux toilettes ? Tu me présentes tes seins ou ton cul pour m'enjamber ?"
    Et j'ai gueulé dans l'avion : "WILL YOU STOP HARASSING ME, PLEASE ?!!"
    30 personnes se sont réveillées en sursaut, je les ai fixées avec sang froid : "Oui je suis assise à côté d'un pervers, et ce n'est pas à moi d'avoir honte !".
    Il a bredouillé avoir seulement voulu être sympathique, j'ai singlé que s'il voulais être sympathique, qu'il me foutte la paix.
    Il n'a plus rien dit du vol et s'est precipité sur la sortie dès que les portes étaient ouvertes. les gens m'ont adressé plein de sourires complices, et mon voisin m'a souhaité une belle vie. Et honnêtement, c'était juissif de le sentir mal à l'aise comme jamais durant tout le reste du vol.

    RépondreSupprimer
  10. J'ai lu les articles de tete de thon et Madmoizelle...tres interessants et culturellement instructif car oui il s'agit bien de culture et d'education. J'ai vecu aux US et maintenant je suis en Angleterre et je n'ai JAMAIS connu cela! Ici on s'habille comme on veut sans complexes et on ne craint rien si ce n'est parfois un petit regard bien innocent...On est femme et les hommes nous respectent car ils ont ete eduques pour nous respecter. Je suis tres heureuse que mes trois filles aient recu cette education anglosaxonne. Elles sont fieres de leur feminite,ne sont pas obligees de porter des pantalons quand elles ont envie d'une jupe et se sentent les egales des hommes! J'aurais ete tres malheureuse si leur quotidien se resumait a des:'t'es charmante ou t'es bonne!!!!". Que cette societe Francaise se pose les bonnes questions quant a l'education des garcons et des filles aussi d'ailleurs. Je pense qu'il faudra du temps pour que ca change. Bon courage a celles qui en sont les victimes quotidiennes.

    RépondreSupprimer
  11. Ça fait bien plaisir de voir les posts sur ce sujet fleurir un peu partout.
    Mais je crains que le combat se fasse plutôt chez les plus jeunes, et que pour les cons en terrasse il soit déjà trop tard. Ce harcèlement ordinaire est je trouve de plus en plus pesant.

    RépondreSupprimer
  12. Je suis choquée de la vidéo (que je n'avais jamais vu)! J'étais aux Beaux-Arts dans le quartier d'Annessens pendant un an, heureusement je n'ai pas eu à subir ça. Mais c'est vrai que ça m'est arrivé ailleurs et plusieurs fois ainsi que plusieurs de mes amies! Je trouve ça révoltant et scandaleux!
    Il y a même des hommes qui ne te respectent même pas même si tu es en couple ou avec ton père!
    J'ai juste envie d'être invisible quand je sors, ne pas attirer l'attention...
    Mais j'adore mettre du rouge à lèvres, pour moi, pas pour séduire!

    RépondreSupprimer